Facebook et nos enfants

 

FACEBOOK ET NOS ENFANTS: comment gérer les réseaux sociaux au quotidien ?

 

Facebook est un formidable moyen de rester en contact avec des amis éloignés et une fenêtre grande ouverte sur le monde. Le plus étendu des réseaux sociaux englobe en effet à lui seul tous les avantages et les dangers d’Internet: harcèlements  divers, vols d’identité, détournement d’informations, sollicitation excessive…..

Qui dit réseau, dit exposition. Beaucoup plus fréquent et presque tout aussi dangereux, le risque de harcèlement qui peut être physique ou moral et concerne tout spécialement les très jeunes utilisateurs. Il s’agit d’insultes et photos obscènes que l’on peut recevoir dans les messages privés, ou carrément voir postés sur son « Mur ». Pour protéger ses utilisateurs, Facebook a mis en place des règles de confidentialité. On peut par exemple empêcher les personnes qui ne font pas partie de son réseau d'amis d’envoyer un message, ou de voir ses photos. Mais le paramétrage est loin d’être simple, même pour un adulte ! De plus, il ne faut pas hésiter à faire comprendre à son interlocuteur qu'il a dépassé les limites lorsqu'il vous envoie des messages à répétition que l'on n'a pas sollicités. Et s'il n'obtempère pas, il ne faut pas hésiter à l'enlever de sa liste d'amis ("défacebooker").

 

Le second danger est  vol d'identité, un risque réel, à plusieurs degrés. Le premier degré est le détournement de photo. Une photo récupérée sur Facebook peut être modifiée et réutilisée sur d’autres sites ! Le second degré est le vol d'identité : certains petits malins créent des profils à la place d'autres enfants et se font passer pour eux sur Facebook. Le réseau déclare s'en préoccuper et supprimer quelques 20 000 comptes d'enfants de moins de 13 ans par jour, mais est-ce suffisant ?

On le sait : les enfants adorent faire des blagues, mais elles peuvent parfois mal tourner…

 Il ne faut donc pas hésiter de temps en temps à rechercher son propre nom ou celui de nos enfants sur les moteurs de recherche pour voir les informations qui circulent sur soi ou sa famille sur Internet.

 

Enfin le troisième danger se porte sur une sollicitation excessive des enfants.

Non contents d’être noyés par le fil des « actualités » de leurs camarades, nos enfants sont aussi sollicités par les innombrables applications, jeux et programmes variés proposés par le réseau. Des jeux comme Farmville, qui réussissent à captiver pendant des heures les adultes, sont à proscrire absolument aux plus jeunes, car ils sont terriblement accaparants et risquent de « happer »les enfants pendant trop de temps.

Il est alors tentant pour un enfant d'y consacrer plus de temps qu'à la lecture, à ses devoirs... et surtout de se plonger dans ce genre d'activité au lieu de faire marcher son imagination.

 

 C'est aux parents d'intervenir et de surveiller discrètement ce que font leurs enfants sur Internet. Pour cela, la meilleure solution reste encore d'installer l'ordinateur dans une pièce commune où la famille peut jeter un coup d'œil sur ce qui se passe.

 

Certains parents réagissent très mal avec le fait que leur enfant soit sur Facebook.

La peur prend toute la place, ils ne voient que les mauvais côtés du réseau, ses risques, ses possibles dérives. Si votre enfant a moins de treize ans, vous pouvez lui interdire l'accès au réseau en lui expliquant que son âge ne le permet pas. Il ne sert à rien de diaboliser Facebook.


Si, toutefois, votre enfant est plus âgé, il est préférable de ne pas lui interdire l'accès à Facebook. A cet âge, les enfants veulent, d'une part, faire partie du groupe et, d'autre part, s'émanciper légèrement de votre autorité. De plus, les adolescents accordent beaucoup d'importance à leur vie privée, à leur intimité. Le meilleur moyen de provoquer sa colère serait de lui enlever de force un loisir que tous les autres pratiquent.


Si vous craignez que Facebook ne fasse du tort à votre enfant, la meilleure attitude à adopter en est une d'ouverture. Faites-lui bien comprendre que s'il dépasse les bornes, il y aura des conséquences. Dites-lui que s'il utilise le réseau pour causer du tort à d'autres, il sera sévèrement puni. Vous pouvez aussi limiter le temps passé à l'ordinateur, afin d'éviter que Facebook ne l'accapare trop, jusqu'à devenir son seul intérêt. Et s'il vous invite à rejoindre son groupe d'amis, vous pouvez accepter, cela vous permettra de garder un œil sur ses agissements.

En revanche, il se peut que votre jeune ne veuille pas de vous dans sa liste. N'insistez pas! Il est normal pour un adolescent de vouloir garder une sphère de sa vie à l'abri du regard parental. L'important, après tout, c'est qu'il sache qu'il peut compter sur vous dans le monde réel. Vous pouvez bien le laisser en paix dans le monde virtuel... tout en gardant un œil ouvert!

Comment protéger nos enfants ?

 

·         Mieux vaut régler avec votre enfant les paramètres de confidentialité et bien protéger toutes ses données : pour éviter toutes mauvaises surprises, il faut d'abord penser à bien trier ses contacts. Comme sur MSN, il n’est pas question d’ajouter n’importe qui à sa liste d’amis, sous prétexte qu’elle deviendra plus longue que celle du copain. On bannit les inconnus ou les profils sans photo, et dans le doute, on rejette l’invitation

 

·         Vérifier la visibilité des photos est primordial. Il est conseillé de privatiser les albums et refuser que toutes les photos de votre enfant soient visibles par n’importe qui. Concernant la photo du profil, la rendre invisible du public ou la remplacer par un avatar est un très bon moyen pour empêcher des personnes mal intentionnées de l’identifier directement. Tous ces petits gestes éviteront que des clichés de votre enfant ne tombent dans de mauvaises mains et ne soient utilisés ou détournés à son insu.

 

·         Les coordonnées et toutes les infos perso doivent être protégées. En règle générale, on ne donne pas son adresse sur Internet, ni son numéro de téléphone ou son adresse email, et ce, même si cela est possible sur le site. Les amis et la famille sont censés déjà les posséder ! Pour encore plus de sécurité, vous pouvez aussi supprimer l’option d’envoi de message, qui s’affiche lorsque l’on recherche une personne. Cela empêchera tout individu, étranger à la liste d’amis de votre enfant, de le contacter.

 

Cependant , Le fait qu'un jeune ait un compte sur Facebook ne comporte pas que inconvénients,bien au contraire. Facebook répond à un besoin d'identification, de regroupement et d'affirmation très typique des adolescents. À cet âge, on a besoin de faire partie d'un groupe! De nos jours, ça passe un peu par Facebook.

Pour la plupart, l'utilisation des réseaux sociaux se passe très bien. Les fonctionnalités utilisées sont généralement très anodines, comme le clavardage et les jeux. Il n'y a pas lieu de s'inquiéter outre mesure, surtout si on a pris toutes les précautions suggérées plus haut.

 

BIBLIOGRAPHIE : Facebook et vos enfants de Jacques HennoEditions Télémaque, 144 pages. Prix : 13,50 € 

 

 Source : www.le monde.fr

                 www.apel.fr

 

 

 

Retour à l'accueil