LES DEVOIRS A LA MAISON


LES DEVOIRS A LA MAISON:


Officiellement «interdits» à l’école élémentaire par une circulaire de 1994, les devoirs sont toutefois une réalité quotidienne pour vos enfants. Et quand l'école n'en impose pas, ce sont souvent les parents qui sont demandeurs. Que faut-il en penser ? Voici quelques pistes pour vous éclairer, en partenariat avec le site vosquestionsdeparents.fr

 

  • Un lien entre les parents et l'école

Les devoirs sont un peu une passerelle qui vous rattache à l'école. Pour beaucoup d'entre nous, il est important de pouvoir suivre le travail scolaire de nos enfants, régulièrement et indépendamment du livret scolaire trimestriel.

C'est une préoccupation légitime, mais n'oublions pas qu'en France, la journée d'école est déjà longue – parmi la plus longue en Europe – et que les programmes sont chargés. Nous savons bien qu'à la fin d'une journée de classe, nos enfants sont fatigués et qu'ils ont parfois beaucoup de mal à se concentrer.

Hors de l'école, moins d'égalité

Tous les enfants ne sont pas aidés de la même manière quand ils rentrent chez eux. Ainsi, non seulement les devoirs peuvent alourdir une journée déjà fatigante, mais ils peuvent, en plus, générer des inégalités entre les élèves qui travaillent seuls chez eux le soir, et ceux qui ont la chance d'être entourés par un parent ou une nounou.

Ainsi, c'est pour que soit respecté le principe d'égalité de tous, que l'Education nationale a décidé en 1956, d'interdire les devoirs du soir à l'école primaire. En 1994, une circulaire a réaffirmé ce principe. Elle déclare que «les élèves n'ont pas de devoirs écrits en dehors du temps scolaires». Or, dans la pratique, nos enfants rapportent des devoirs à la maison, et ce, dès le CP. Alors, que faut-il en penser ?

Les devoirs oraux sont permis

Première nuance, la circulaire de 1994 «interdit» les devoirs écrits, ce qui sous-entend que les enseignants peuvent donner des devoirs «oraux», c'est-à-dire un texte à lire, une leçon ou une poésie à apprendre. Par ailleurs, les enseignants sont libres dans leur classe et personne ne va les surveiller ni les empêcher de donner des devoirs écrits à leur classe !

En outre, dès la sixième, votre enfant aura des devoirs à faire le soir. Mieux vaut donc qu'il s'habitue progressivement à se mettre au travail, une fois rentré à la maison. Enfin, il est bien évident que l'on ne peut pas exiger la même attention d'un élève de 6 ans que d'un élève de 10 ans. Au CP par exemple, un temps de lecture de quelques minutes, le soir, permettra à l'enfant de bien progresser. Au CM2, en revanche, on peut attendre d'un enfant qu'il consacre une bonne demi-heure à ses devoirs… voire même un peu plus s'il a besoin de prendre son temps.

    • L'aider à apprendre
   


Devoirs à la maison ne riment pas toujours avec simplicité. Voici nos conseils pour aider votre enfant à bien apprendre une leçon.


Instaurez des rituels de travail

Veillez à ce que votre enfnat se mette au travail, chaque jour, à la même heure. Vous aurez, au préalable, déterminé avec lui l'endroit où il se sent le mieux : son bureau dans sa chambre, ou la table de la cuisine ou du salon. A condition, bien sûr, que la télévision ou la radio soit éteinte.

Délimitez par avance la quantité de travail

Il a une poésie à mémoriser pour dans quatre jours ? Vous pouvez lui dire, par exemple : "Ce soir, on se donne un quart d'heure et tu n'apprends que la première strophe. Demain, tu la répéteras et tu te consacreras à la deuxième".

Faites-le se projeter dans l'avenir

La peur du trou noir le jour J ? Demandez-lui de s'imaginer la situation dans laquelle il aura à restituer sa leçon. : "Quand tu vas réciter ta règle de grammaire demain, où seras-tu ? Assis à ton bureau face à la maîtresse ? Ou debout sur l'estrade devant des camarades ?".

Vérifiez qu'il a compris le sens du paragraphe à mémoriser

Avant même de débuter l'apprentissage proprement dit, cherchez à savoir quels souvenirs il garde encore en tête de ce que la maîtresse a pu leur montrer lors de cette leçon. Puis faites-lui expliciter les phrases, une à une, avec ses mots à lui. Conseillez-lui de surligner les mots nouveaux et difficiles et de trouver des synonymes. Dans la mesure du possible, rattachez la notion à acquérir à quelque chose de familier.

Demandez-lui de reformuler les phrases les unes après les autres

Par un système d'allers-retours, l'enfant lit à voix haute la première phrase, la redit en la cachant ou en fermant les yeux puis revient à son cahier pour vérifier si ce qu'il a dit est exact. Si tel n'est pas le cas, il recommence l'opération et cela, autant de fois que nécessaire. Même chose avec la deuxième phrase. Et ainsi de suite jusqu'à la fin du paragraphe.


         
Vérifiez qu'il sait sa leçon...

Commencez par lui faire réciter le paragraphe, la strophe ou la règle qu'il vient d'apprendre. Mais rien n'empêche de varier les plaisirs. Le tableau noir peut être un auxiliaire précieux. Vous dites alors à votre enfant : "Voilà une craie. On imagine que tu es le maître et moi l'élève. Tu m'expliques la leçon que tu viens d'apprendre puis tu me poses des questions."
 

...et qu'il est capable de l'appliquer

Incitez-le à reprendre des exercices déjà effectués en classe ou encore, choisissez-en d’autres dans son manuel. Encore mieux : empruntez des exemples au quotidien afin de lui montrer à quoi il sert d'apprendre. Enfin, si votre enfant est en mesure d'y arriver, demandez-lui de créer lui-même des exercices.

Obligez-le à réviser à plusieurs reprises

Une leçon ne pourra être mémorisée convenablement que si l'enfant la revoit deux à trois fois. Par exemple, le mercredi soir s'il l'a apprise le mercredi après-midi, puis le jeudi soir, puis le vendredi matin, jour de l'interrogation. Enfin, il ancrera d'autant mieux dans sa mémoire les notions apprises qu'il les aura abordées dans des contextes différents : en apprenant la leçon, puis en regardant un documentaire à la télévision puis en lisant une histoire ou une bande dessinée sur le même sujet.

           Bibliographie: 

Les devoirs à quoi ça sert ?
de Sophie Bresdin et Vincent Odin
La Martinière jeunesse, 2007 - 7,50 €


Les devoirs à la maison. Parents, enfants, enseignants, en finir avec ce casse-tête
de Philippe Meirieu
La Découverte, 2004 -11,50 €

Aider votre enfant à mieux apprendre. Mieux vivre les devoirs à la maison
de Bruno Hourst
Editions d'Organisation, 2010 - 15 €

La mémoire de l’élève en 50 questions
Alain Lieury
Dunod - 12 €

Mais où est donc ma mémoire ? Découvrir et maîtriser les procédés mnémotechniques
Alain Lieury
Dunod - 18,50 €


            source: www.apel.fr

 

Retour à l'accueil